Cornemuse picarde
Pipasso, Muchosac, Piposa, Moezelzac, Cornefou… l’album !

La « cornemuse picarde » n’avait pas encore fait l’objet d’une publication sonore. Sont ainsi représentés les musiciens « maîtres sonneurs » qui la pratiquent, le répertoire local du Nord / Pas-de-Calais / Picardie / Flandre / Wallonie, ainsi que Remy Dubois, le facteur de cornemuses de référence.

Les solistes

François LAZAREVITCH
François LAZAREVITCH
Soliste reconnu pour son expressivité sur les flûtes et les musettes baroques, François Lazarevitch s’est formé auprès de maîtres de la musique ancienne. Il a créé son ensemble : « Les Musiciens de Saint-Julien », enregistrant des albums encensés par la critique (Choc Classica ; Diapason d’Or). Parallèlement, au contact de musiciens et danseurs traditionnels, François Lazarevitch recherche les relations subtiles avec les principes d’interprétation des musiques anciennes, pour en dépasser l’écrit et leur insuffler vie et énergie.

Il avait carte blanche pour concocter le premier concert au pipasso du Festival du Pipasso : c’était lors de l’édition 2008. Experte et rigoureuse, sa très belle prestation a ému l’assistance : définitivement oui, sous les doigts de François Lazarevitch, la cornemuse picarde a convaincu le public !
François Lazarevitch joue sur un modèle de muchosac-pipasso mis au point en 1982, qui permet d’obtenir un son similaire à celui des anciennes, avec un anchage plus rationnel.

Remy DUBOIS / Jean-Pierre VAN HEES
Remy DUBOIS / Jean-Pierre VAN HEES
Le livret de 150 pages qui retranscrit les entretiens avec Remy ne peut bien évidement pas faire passer la passion qui l’anime. Adeptes de la tradition orale, nous savons la différence entre la parole et l’écrit. C’est pourquoi, malgré la diversité des ambiances sonores et la qualité moyenne de ces enregistrements, nous avons décidé de vous en faire écouter quelques extraits. Ils montrent combien Remy est un altruiste, passeur des savoirs et des connaissances acquis tout au long de sa carrière de facteur et de musicien. Il a su, tout au long de ces conversations, se mettre à la portée des passionnés que, comme lui, nous sommes, tout en restant accessible à tous. Nous tenions à partager avec vous quelques-uns des moments forts de ces entretiens.

Remy Dubois est non seulement un facteur renommé de cornemuses, mais également un musicien qui pratique son instrument de prédilection, la muchosac, avec une grande expressivité et créativité mélodique.
Jean-Pierre Van Hees est concertiste et pédagogue : il enseigne la musette baroque au conservatoire de Bruxelles. Il pratique différents types de cornemuses, et a publié chez Coop Breiz en 2014 l’ouvrage « Cornemuses – Un infini sonore » sur l’origine de la cornemuse, ses techniques de jeu, sa place dans l’imaginaire et la musique.
Tous deux jouent un répertoire du Hainaut belge, sur des copies des anciennes muchosacs des collections du Musée des Instruments de Musique de Bruxelles, de la main de Remy Dubois. Jean-Pierre Van Hees joue sur une copie de l’ancienne cornemuse de Thomas Piron, Remy Dubois sur une copie de l’ancienne cornemuse Lehon.-

Julien BARBANCES
Julien BARBANCES
Multi-instrumentiste autodidacte, compositeur et arrangeur, directeur artistique de « La Société Fraternelle des Cornemuses du Centre », pilier du groupe « la Machine », la musique et Julien Barbances ne font qu’un, avec cette volonté perpétuelle de découvrir, approfondir et remettre au goût du jour les musiques traditionnelles.

Pour le Festival du Pipasso, nous avons confié à Julien Barbances une cornemuse sur laquelle il développe son jeu personnel inventif autour du répertoire du Nord / Picardie / Belgique, lors du concert de l’édition 2010.
Julien Barbances a joué en concert sur un modèle de muchosac pipasso mis au point en 1982, et pour l’enregistrement en studio, il fait sonner une copie réalisée par Remy Dubois de l’ancienne cornemuse de Thomas Piron conservée au Musée de Bruxelles.

Ghislaine DESMARIS
Ghislaine DESMARIS
Cornemuse du Nord / Picardie : ça tombe bien, née à Lille, Ghislaine Desmaris vit en Picardie. Elle aime les ducasses, les majorettes, les géants, et rêve de rendre populaire la cornemuse de la région, subjuguée par le son doux et gai de l’instrument.Si elle plonge dans les compilations des folkloristes pour remettre au goût du jour des airs oubliés avec sa compagnie « AMUSéON », c’est pour avoir matière musicale à échanger avec une troupe brésilienne, ou les Trombonistes de Picardie maritime, ou …

Créatrice du Festival du Pipasso, elle enseigne également l’instrument, et mène la fanfare « Les Pipassonneurs », créant ainsi toute une dynamique de renaissance de la cornemuse picarde.
Ghislaine Desmaris joue sur un modèle de pipasso mis au point en 1982. Sur la dernière piste en studio (CD2 n°14), elle joue sur un fac-similé de la cornemuse « Petyt » (cf. livret) de la main de Remy Dubois, dont l’anchage est une proposition provisoire. Présentée par le musée de Montluçon comme « cornemuse picarde », l’instrument reste un mystère, qu’un travail en cours pourra peut-être éclaircir.

Thierry BERTRAND
Thierry BERTRAND
Au début des années 80, après quinze années de recherche, Thierry Bertrand met au point la veuze d’aujourd’hui (cornemuse du marais breton vendéen) : « Il fallait repenser l’instrument pour lui donner un diapason moderne. C’était la condition nécessaire à sa renaissance. » Parallèlement il crée une école. « Je ne suis pas particulièrement un enseignant dans l’âme, mais il fallait bien que quelqu’un commence. » Jouer, tout simplement, enchante Thierry Bertrand. Il fait partie de deux compagnies de musique Renaissance : “Outre mesure“ et “Maistre Guillaume ».

Pour sa douzième édition, le Festival du Pipasso lui a confié un modèle de muchosac-pipasso mis au point en 1982, qui permet d’obtenir un son similaire à celui des anciennes, avec un anchage plus rationnel (CD1). Son jeu brillant et virtuose y fait merveille.
A l’issue de l’expérience, restituer l’instrument lui a tellement été un arrache-cœur, qu’il s’en est fabriqué un, sur les plans de Olle Geris et Remy Dubois, et dont il joue sur le CD2 !

Olle GERRIS
Olle GERRIS
Très connue pour être fabricante de cornemuses dans l’atelier « D’un Souffle à l’Autre » en Belgique, Olle Geris a été en facture instrumentale l’élève de Remy Dubois, avant d’être son associée. Musicienne sensible et accomplie, elle a enregistré pour le « Catalogue des instruments Renaissance » de Ricercar et aussi pour « Musiques traditionnelles de Flandre »

Le Festival du Pipasso 2013 lui a confié son concert d’ouverture. Tout en rendant hommage à ses prédécesseurs et à son maître, elle a interprété des pièces rares issues du répertoire flamand sur une copie de l’ancienne muchosac Piron 2702, donnant toute la mesure de son jeu stable et raffiné. (CD1 et CD2).
Olle Geris joue sur une copie réalisée par Remy Dubois de l’ancienne cornemuse de Thomas Piron conservée au Musée des Instruments de Musique de Bruxelles.

Yan COZIAN
Yan COZIAN
Yan Cozian est un des spécialistes de la cornemuse landaise, la boha. Sa passion pour cet instrument l’a amené au fil des ans à devenir musicien, chercheur, facteur de bohas, passeur de traditions. Depuis de nombreuses années, il s’est employé à faire évoluer cette cornemuse mystérieuse et subtile.

Avec cette expérience d’avoir un pipasso dans les mains, il a pu éprouver son jeu du sud, puisé dans les pratiques anciennes et construit au fil du temps. Nous lui avions confié un modèle de muchosac -pipasso mis au point en 1982. Il est le soliste invité de l’édition 2014 du Festival du Pipasso, l’extrait de son concert clôture le CD1

CD1 : Album concert « Festival du Pipasso »

Dans le premier CD sont rassemblés des extraits des différents concerts de pipasso qui ont été donnés lors du Festival du Pipasso entre 2008 et 2014, soit par ordre de programmation : François Lazarevitch - Remy Dubois - Jean-Pierre Van Hees - Julien Barbances - Ghislaine Desmaris - Thierry Bertrand - Olle Geris - Yan Cozian

François LAZAREVITCH

1 « Quand froidure trait a fin » / « Belle Dorette » / « Estampie » Mélodies de trouvères anonymes du Moyen Age.
2 Présentation
3 « Une jeune fillette » pavane d’Eustache du Caurroy XVIè siècle / 3 bransles : « Puisque Robin j’ay a nom » Manuscrit de Bayeux, XVe s / « Bransle double » Michael Praetorius « Terpsichore musarum » 1612 / « Bransle simple » et « Bransle gay » Claude Gervaise « Troisième Livre de danceries », 1557
4 Présentation
5 « Tjanne » . traditionnel noté par Edmond de Coussemaker dans "Chants populaires des Flamands de France", 1856 / « Bourrée à Lachaud / Bourrée du Trech »bourrées traditionnelles du Limousin, la première fait partie du répertoire d’Henri Lachaud, de Seilhac, la seconde appartient au répertoire de Léon Peyrat, qui la tenait de Monsieur Trech, violoneux du début du 20eme siècle. Tous sont des violoneux de Corrèze. Référence : cd « Violoneux corréziens » CRMT Limousin

Remy DUBOIS - Jean-Pierre VAN HEES

6 « Air de pèlerinage" ou "Air des Tchonc clochers" joué par les anciens Muchards, collecté en 1972 par Hubert Boone et publié dans « Les Instruments Populaires en Belgique et aux Pays-Bas - La Cornemuse », Hubert Boone, La Renaissance du Livre, Bruxelles 1983

Julien BARBANCES

7 Présentation
8 « Ine Mâcîte Béguenne » / « Les Scrieu »
9 « Dominé diguedé » / « Kinbin vos hochet, grand’mère ? » mélodies provenant du « Recueil d’airs de Cramignons et de chansons populaires à Liège » de Léonard Terry et Léopold Chaumont, Liège 1889
11 « Oh ma mère » / « Tiens tiens tiens » la première mélodie interprétée en mazurka, est suivie d’une « vieille danse picarde entendue à Beauval (Somme) », toutes deux enregistrées par le groupe « Marie Grauette » du Pas de Calais en 1978

Ghislaine DESMARIS

11 « Jouyssance vous donneray » de Claudin de Sermisy XVIe s. compositeur à la Chapelle Royale. On retrouve ses chansons dans des anthologies, dont celle de Thoinot Arbeau : « Orchésographie » Langres, 1589
12 Présentation
13 « les Béhourdis » Publié dans le « Glossaire étymologique et comparatif du patois picard » de l’Abbé Jules Corblet en 1851 d’après un manuscrit de 1649
14 Présentation
15 « Hier j’ai rencontré » / « Que faites vous là d’aussi matin » de l’ « Anthologie des chansons de France » – Tome 4 Picardie, compilation par Joseph Canteloube en 1951/ « Danse en rond » collectage d’Hubert Boone 1972, répertoire des anciens Muchards

Thierry BERTRAND

16 « Complainte du sire Raoul de Créquy » anonyme du XIVe siècle du recueil « Chants et chansons du Boulonnais du XIIIe au XIXe siècle » par Michel Lefebvre, 2006 / « Branle de Poitou » du recueil « Danceries » de Nicolas Duchemin, 1559 / « Alemande » / « Alemande Poussinghe » du recueil « Chorearum Molliorium Collectanea » de Pierre Phalèse , Anvers 1583 / « Alemande n°1 » du recueil « Danceries » de Nicolas Duchemin, 1559 / « Pavane Ferrarreze » du recueil « Liber Primus Leviorum Carminum » de Pierre Phalèse, Louvain 1571 / « Pastime » de Henri VIII / « Pavane de Spaigne » ou « Pavane d’Espagne » version personnelle d’après plusieurs auteurs, dont Thoinot Arbeau « Orchésographie » 1589 et Michael Praetorius « Terpsichore musarum » 1612
17 Présentation
18 « Danse en rond » collectage d’Hubert Boone 1972, répertoire des anciens Muchards / suite de ronds du marais breton vendéen : « La oie » rond de Pornic / « Petit bouton de rose » / « Mon père a fait bâtir château » deux ronds de l’île d’Yeu / « Rond de Sauteron » / « En chemin de fer » / « Mon père aussi ma mère » les deux derniers sont des ronds paludiers / « Il y a bien 10 ans et demi que je pêchais l’anguille » est un rond de Saint-Vincent-sur-Oust / « Danse en rond » conclusion avec le premier air de la suite.
19 Présentation
20 « Polkas d’Arc-Ainières » collectage d’Hubert Boone 1972, répertoire des anciens Muchards / suite de mélodies traditionnelles de Vendée
21 Présentation

Olle GERRIS

22 « Ick ben niet meer wat ick geweest ben » (en latin « Non sum qualis eram » : Je ne suis plus ce que j’étais) provient du recueil du Monastère des Franciscains, 1234 - 2013 Maastricht - Pays- Bas
23 Présentation
24 « De boer van’t hof » (Le fermier de la cour) / « Vasten avont die komt aen » (La veille du Carême arrive) /« Loreijer de prey » /« De boere dans met klompen » (La danse du fermier aux sabots) du même recueil
25 Présentation
26 « O zalig, Heilig Bethlehem » Noël de Bruges, provient du recueil « Prieel der Gheestelijcke Melodie », Brugge, 1609 / "Trommeltje met snaeren" (Petit tambour à cordes) autre mélodie du recueil d’Amsterdam

Yan COZIAN

27 « Le 1er mois de l’année » de l’« Anthologie des chansons de France » Tome 4 Picardie, compilation par Joseph Canteloube en 1951/ « L’alouette est sur la branche » / « Escabelle » deux airs provenant du collectage d’Alexandre Desrousseaux « Mœurs populaires de la Flandre française » 1889

CD2 : Album studio

Tous ces solistes sont également passés en studio en 2014, où ils interprètent le répertoire traditionnel du Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Flandre, Wallonie, sur différents modèles de cornemuses picardes, anciens et actuels.

François LAZAREVITCH

1 « Les yeux d’amour » / « Margot » mélodies publiés par Alexandre Desrousseaux en 1889 dans « Mœeurs populaires de la Flandre française », Lille / « Mon petit oiseau » / « Carillon d’Eskelbeke », airs de carillons encore joués actuellement par les carillonneurs, le premier dans le beffroi d’Amiens, noté en 1951 par Joseph Canteloube dans son « Anthologie des chants populaires français – La Picardie » Paris ; le second ; le second à Esquelbecq dans le Nord, noté par Edmond de Coussemaker dans "Chants populaires des Flamands de France", 1856

Remy DUBOIS - Jean-Pierre VAN HEES

2 “Elle l’aimait si tendrement” « Manuscrit de Van Pelt », Maastricht XVIIIe siècle (Jean-Pierre VAN HEES )
3 « Marie-Madeleine avait quinze ans » traditionnel du Tournaisis, provenant du recueil « Chansons populaires des provinces belges » par Ernest Closson, Edition Scott, Bruxelles 1905 / « Air de Saint Druon » traditionnel de Sebourg (Nord), chanté et joué encore actuellement le jour de la fête du Saint. (Jean-Pierre VAN HEES)
4 « La belle se lève de bon matin » (Remy DUBOIS)
5 « Le Ranz des vaches : O dé dé a dô »chanson pour appeler les vaches, les deux mélodies ont été notées par Ernest Closson en 1905 dans l’un des 40 volumes de « Wallonia, pays de Liège » par la Commission Royale du Folklore (Remy DUBOIS)
6 « Vou-se vini cusène Marèye » dans « Les Noëls Wallons » - Auguste d’Outrepont, Société de Littérature Wallonne, Liège 1938 - (Remy DUBOIS - Jean-Pierre VAN HEES)
7 « Germaine » publié dans « La lyre Malmédienne ou la vie en Wallonie malmédienne » recueil de collectages dont le premier volume par Leo Zéliqzon est paru en 1893, et le dernier par Roger Pinon en 1949 (Remy DUBOIS - Jean-Pierre VAN HEES)

Julien BARBANCES

8 « On veut me faire religieuse » / « Dominé diguedé » mélodies provenant du « Recueil d’airs de Cramignons et de chansons populaires à Liège » de Léonard Terry et Léopold Chaumont, Liège 1889.

Ghislaine DESMARIS

9 « 1è polka d’Arc-Ainières » du répertoire des anciens Muchards collecté par Hubert Boone en 1972 / « Le manège » / « Quand nous marierons-nous » deux airs provenant du collectage d’Alexandre Desrousseaux « Mœeurs populaires de la Flandre française », Lille 1889 / « 2è polka d’Arc-Ainières »
10 « La claire fontaine » publié en 1930 par Albert Udry dans « Veilles chansons patoises de tous les pays de France – Picardie »
14 « Noël pour l’amour de Marie - Chanson nouvelle composée sur les regrets du trépassement du Très Chrestien Roy de France », chanson sur la mort de François 1er sur un timbre de Noël du XVIè siècle publiée par Frédéric Billiet dans la revue « Terre Picarde » 2è trimestre 1984

Thierry BERTRAND

11 « La princesse mariée à un Anglais » publié dans « Anthologie du chant scolaire et post scolaire Région nord et nord est » Au ménestrel, Paris 1926 « Danse en rond » collectage d’Hubert Boone, 1972, répertoire des anciens Muchards

Olle GERRIS

12 « Dat wie het wil hooren siet » (Que celui qui veut entendre voie)
13 « Ick hebbe het verswooren ick liever niet meer » (Je l’ai juré que je ne veux plus) deux mélodies provenant du recueil « Oude en Nieuwe Hollantse Boerenliedies en contredansen » Amsterdam, 1600-1615

Livret d’accompagnement

Le livret de 150 pages comporte la retranscription d’entretiens menés par Ghislaine Desmaris avec Remy Dubois de 2006 à 2014. Il est en effet le maître luthier de référence au niveau européen concernant les cornemuses, l’expert en restauration appelé par les grands musées d’Europe. La cornemuse picarde est le premier instrument sur lequel il avait débuté ses travaux, dans les années 1970. Vous connaîtrez l’historique des cornemuses, les étapes de restauration et de fabrication de cet instrument contemporain issu d’une longue tradition.

Acheter l’album

Une coproduction d’AMUSéON (Picardie) et de l’AEPEM (Paris), en partenariat avec Smitlap (Nord), l’ASBL « 1636 à Wislez » (Belgique), et TRACES (Pas de Calais).